Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de alconancy54
  • Le blog de alconancy54
  • : Depuis 1989, les membres de l’ALCO (Association Lorraine de la Collection Originale) échangent des informations, des idées et des objets.
  • Contact

Recherche

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 07:06

foumi1

 

« Collections passion 3 », au château Mme de Graffigny, 26 rue Albert-1er

à Villers-lès-Nancy, jusqu’au 26 mai. Entrée libre de 10 h à 18 h ce week-end.

 

Est Républicain édition du 24 mai 2013.

EXPOSITION - VILLERS-LÈS-NANCY

jean-michel-savart-une-ame-d-explorateur

« Chez moi, il faut un chausse-pied géant. Ca déborde de partout. » Jean-Michel Savart ne s’en cache pas. Il est atteint de collectionnite aiguë depuis l’âge de 5 ans. Des minéraux et des fossiles font office de départ d’une aventure singulière, au regard des 6.000 coquillages et milliers de coléoptères adoptés depuis. Mais le docteur en pharmacie jette vite son dévolu sur les parfums. 35.000 au compteur aujourd’hui, et 100.000 références. Plus qu’une accumulation, il s’agit de se forger une véritable connaissance du produit et de ses modes. « J’archive tout, y compris les publicités. » Il va jusqu’à redessiner des échantillons, 12.000 croquis à son actif. Une passion assez naturelle à ses yeux. « Les pharmaciens sont des chimistes avertis, beaucoup travaillent pour des parfumeurs. Au début, seuls les produits masculins m’attiraient. Mais les parfums féminins se sont révélés plus divers et attrayants. » S’il évoque d’autres compilations, les voitures miniatures de prestige de 1925 à 1945, ou les objets de communion exposés actuellement à la galerie Mme de Graffigny, Jean-Michel Savart a bien conscience de sa dépendance. « Sondez-moi plutôt sur ce que je ne collectionne pas. Je frise le syndrome de Diogène. C’est une névrose, pas dangereuse, excepté pour le porte-monnaie. À mon avis, on doit compenser un manque. Mon psy, à qui j’ai demandé comment soigner mon addiction, m’a répondu : ’’il faut l’alimenter’’. Alors je poursuis ma quête. »

Une âme d’explorateur et de chine bien aiguisée. « Je me rends dans les brocantes presque en commando. Et ce qui est exaltant, c’est de trier le butin en rentrant. La satisfaction est inversement proportionnelle à la mise de fond engagée. » Et si on évoque l’héritage en devenir, Jean-Michel Savart devient un brin fataliste. « Après moi le déluge ! C’est vrai, parfois cette question m’angoisse. »


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alconancy54 - dans articles
commenter cet article

commentaires