Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de alconancy54
  • : Depuis 1989, les membres de l’ALCO (Association Lorraine de la Collection Originale) échangent des informations, des idées et des objets.
  • Contact

Recherche

30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 07:00

La bataille des frontières de l’Est

Lorraine août septembre 1914

 

De Patrick Charles Renaud

Burlioncourt, en Lorraine annexée, le 20 août

1914 en fin de matinée : malgré la canonnade, les coups de fusil et le fracas des mitrailleuses, le

général Foch reste impassible. Autour de lui, près d’une centaine d’hommes de la Division d’acier

tergiverse tout en gesticulant au milieu du couloir de Morhange que la guerre vient d’embraser.

Non loin, des villages brûlent tandis que des soldats français refluent parmi les charrettes et

les canons tirés par des chevaux écumant de sueur.

 

Date de parution : mars 2014

Né en Lorraine dans une famille dont une partie a fui l’annexion en 1871, Patrick-

Charles Renaud signe ici son quatorzième livre. Pour cet ouvrage, il a consulté de

nombreuses archives, parcouru les champs de bataille de sa terre natale et recherché

et rencontré les familles des soldats français qui s’y sont battus afin d’exhumer leurs

écrits précieusement conservés durant près d’un siècle.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 06:24

Rares sont les collectionneurs à n’avoir qu’une seule collection. « La plupart en ont au moins deux. Les gens qui ne collectionnent qu’une chose ne sont pas nombreux ici. On s’intéresse à un sujet, puis à un autre, et ça vient comme ça… » confie Bernard Noto, au milieu de la cinquantaine d’exposants venus échanger ou vendre des éléments de leurs collections, hier, à la MJC Henri Bazin.

« Moi j’ai toujours aimé les vieilles choses qui ont une histoire, qui en racontent une. Avec le désir de les conserver. C’est un besoin, une passion », poursuit le président de l’association lorraine de la collection originale, organisatrice de la manifestation.

ALCO-EST-02

Des histoires incroyables

Bandes dessinées, timbres, cartes postales, figurines, santons, médailles, savonnettes, flacons factices, pièces de monnaie, instruments de barbier, capsules de bouteilles de champagne, pin’s, petits Mickey, boîtes de bergamote, balances, briquets, fèves, poinçons. La liste est loin d’être exhaustive.

ALCO-EST-vo

Parmi la collection la plus originale, voire la plus insolite, peut-être celle de Catherine Crehange. Des grenouilles. Mais n’importe quelles grenouilles. « Je collectionne des grenouilles en toutes matières venues du monde entier. Je fais de la géographie avec mes grenouilles, parce qu’elles sont de telle ou telle forme suivant leurs pays de provenance. Chez les Indiens d’Amérique, elles sont liées au mythe de la création du monde… »

Et de raconter qu’en Afrique, en Namibie, on peut acheter des porte-monnaie en peaux sèches « qui ne sont pas mortes ! Si vous les mouillez, elles revivent. Elles viennent du désert le plus sec du monde, elles ne vivent que trois jours en 60 ans ; le reste du temps, elles sont dans cet état végétatif… »

De stand en stand, les histoires sont différentes. « Je collectionnais les capsules récupérées sur des bouteilles de champagne jusqu’à ce que je découvre que des vignerons vendent au détail des capsules n’ayant jamais été mises sur des bouteilles. Alors j’ai arrêté », confie Dominique, venue écouler sa collection.

Elle en a commencé une autre, les presse-papiers.

ALCO-EST-01

Philippe MERCIER

ER édition du 24 novembre 2014

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 03:21

Rencontre au Centre de Médecine Physique et de Réadaptation de Lay-St-Christophe le mardi 21 octobre (de 14 h à 17 h). 7 collectionneurs ont présenté quelques objets de leurs collections aux patients du Centre qui se sont montré très intéressés.

Article Est Républicain du 24 octobre 2014 :

PDF-Page 14-edition-de-nancy-agglomeration-et-banlieues 201

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 05:16

michel-et-yvette 

Adieu Gentilly, sa salle des fêtes et son parc ! Après 27 ans de service au parc et des milliers de prestations de gardiennage, d’aménagements pour mise à disposition et d’accueil des utilisateurs, Michel Frisse et son épouse Yvette prennent une retraite bien méritée.

Et si eux ont un petit pincement au cœur bien légitime, les utilisateurs, associations, personnels de la Ville, politiques de tous bords de la Ville de Nancy, bien entendu mais aussi du Conseil Général, et également au niveau national, eux auront des regrets. Car être gestionnaires d’un tel ensemble d’accueil du public ne s’improvise pas. Cela demande une vigilance de tous les instants, une autorité mesurée mais efficace, et surtout, un sens de l’accueil très aiguisé. C’est ainsi que le couple Frisse a vu défiler dans les locaux des centaines d’associations de Nancy, et du Grand Nancy, mais également de plus loin car une salle pouvant accueillir pas loin d’un millier de personnes, c’est rare. Grand messe des associations des quartiers, des militaires et aussi des partis politiques.

Michel et Yvette partent avec une pleine malle de souvenirs, et s’il y a eu quelques moments difficiles, la plupart sont sympathiques.

Au titre des concerts, le couple se souvient de la venue des Charlots, de Michel Fugain, de Vanoni, de l’homme-orchestre Rémi Brisse qui les a beaucoup impressionnés. Et aussi des défilés de mode des compétitions de danse et d’échecs. Au chapitre politique, la venue de l’Assemblée Nationale et du Président Chirac, les journées nationales de l’UMP. Et puis aussi des veilles d’élections où la salle est entièrement occupée par les personnes mettant les bulletins sous enveloppe et la réception de 150 tonnes de papiers. Dans tous les cas assurer la sécurité, dans la discrétion et l’efficacité.

Avant Michel a été dans la coloniale à Nouméa dans le Pacifique puis aussi dans une autre vie fumiste de profession. Mais Gentilly c’est une superbe tranche de vie.

Bonne retraite à Yvette et Michel.

Partager cet article
Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 04:53

Est républicain édition du 16 février 2014

L’association lorraine de la collection originale fête ses 25 ans à la salle des fêtes de Gentilly

briquets-et-vieux-telephones-photo-frederic-mercenierOn attend 1.400 visiteurs sur les deux jours du salon de la collection originale, qui se tient à la salle de fêtes de Gentilly, jusque ce soir 18 h. On compte 77 exposants. Un concours de la plus belle vitrine est organisé, avec tirage au sort, en fin d’après-midi. Parmi les votants, trois visiteurs seront tirés au sort et remporteront un lot. On trouve de tout, tant la collectionnite s’attrape de multiples manières. Les déclinaisons sont en effet d’une infinie variété.

Il y a les virus classiques : timbres, monnaies, épinglettes, cartes postales, fèves ; il y a aussi les bactéries plus rares, comme celles du président Bernard Noto qui collectionne tout ce qui touche à l’histoire de la communication. Lorsqu’il était directeur de travaux dans le bâtiment, il est intervenu sur la construction de centraux téléphoniques. Il lorgnait les vieux téléphones au rebut. On lui a expliqué qu’ils n’étaient pas à vendre, parce destinés au Musée du téléphone. Finalement, il s’est aperçu que, lorsqu’il avait tourné les talons, on collait sur les appareils une étiquette « Pilon ». Au bout de plusieurs demandes, il a pu acquérir des appareils et, par la suite, on lui en a donné. Il est très fier de ses écouteurs Bell de 1876 ou encore des télégraphes Morse et Sunder. Il présente aussi le fonctionnement du télégraphe Chappe et montre des lunettes qui permettaient de décrypter les mouvements des bras, d’un relais à l’autre. Il a pu acquérir, à Strasbourg, une étonnante botte de postillon de 1880. Sa collection n’est pas à vendre. « Ce qui me plaît, c’est de faire partager ma passion et de transmettre aux jeunes générations. »

La plupart des collectionneurs partagent ce sentiment, comme Colette et Daniel Zunino de Champigneulles qui collectionnent les briquets fabriqués durant la première guerre mondiale et jusqu’à la seconde. En tout, plus de 120 pièces dont beaucoup ont été réalisées dans des douilles. L’objet le plus rare est sans doute la caricature du Kronprinz dont on retire la casquette pour laisser apparaître la mèche. Beaucoup ont été fabriqués dans les tranchées. A la valeur sentimentale, s’ajoute la qualité esthétique de certains d’entre eux. Plusieurs briquets ont été fabriqués dans des montres à gousset et Daniel Zunino présente un briquet à amorce ouvert, pour que le visiteur puisse comprendre le fonctionnement de l’appareil

Le salon de l’ALCO est ouvert ce dimanche de 9 h à 18 h. Entrée 2 € (gratuit jusque 12 ans). On peut utiliser le parking du Palais des sports.

 

Didier HEMARDINQUER


Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 05:54

foumi1

Est Républicain édition du vendredi 14 février 2014

INSOLITE - LA PLUS JEUNE COLLECTIONNEUSE EXPOSERA SES DOUDOUS POUR LES 25 ANS DE L’ALCO

 

Zoe  Tout a commencé lorsque Zoé a eu la malchance de perdre son premier doudou. « C’est celui qu’elle avait lorsqu’elle était toute petite » explique sa maman. « Du coup, il a fallu le retrouver ». Et c’est là que commence l’interminable quête au doudou. La famille Faline va multiplier les brocantes pour le trouver, mais en vain. En cherchant, Zoé a le coup de cœur pour les compagnons de sa peluche préférée et la collection s’agrandit peu à peu. « Elle en a plus de 100 aujourd’hui. On a réussi à remplir la baignoire de doudous ». Zoé peut se baigner dedans ! À l’école, en voyage, aux courses, la petite en choisit toujours un ou deux pour lui tenir compagnie. Petit chien en marionnette, pingouin musical et nounours à tête interchangeable, il y en a pour tous les goûts. « Elle n’en a pas un en particulier qu’elle adore ». Une bonne chose pour sa maman, si jamais l’un d’eux disparaissait à nouveau.

« Je l’adore le doudou là » sourit la petite en embrassant son lapin rose. « Il est trop rigolo celui-ci ». La fillette chérit ses compagnons. « À la maison, elle joue à la dînette ou à la maîtresse avec eux et parfois, elle les dispute même » ajoute Florence, la maman. « Mon Winnie il n’est pas sage » avoue la blondinette. Mais il n’y a pas que les doudous que Zoé collectionne, il y a aussi les barbapapas et les jetons touristiques.

Une coutume familiale

« C’est vraiment quelque chose de famille » explique Florence Faline, elle-même, adepte des Rubik’s cubes. La jeune femme a commencé à fréquenter les salons de collectionneurs à l’age de sa fille. « Mon père a toujours fait partie de l’ALCO (Association Lorraine de la Collection Originale). Il nous emmenait tout le temps dans les brocantes. Papy, mamie tous font des collections dans la famille ». Et même Dimitri, le père de Zoé s’y est mis. « Il collectionne les coupe-choux, ces anciens rasoirs » note la mère de famille.

Zoé sera fière de présenter ses doudous samedi et dimanche aux côtés de 27 autres collections, à l’occasion du salon des collectionneurs qui célébrera les 25 ans de l’ALCO. « Lorsqu’on lui a annoncé, elle était très heureuse. On ne cesse d’en entendre parler depuis ». Indique Florence. La maman a même eu l’idée de construire un doudou géant pour l’occasion. La petite a hâte d’accueillir ses camarades de moyenne section de maternelle et sa maîtresse pour leur montrer ses petits personnages. « Il faut que je dise à mes copines de venir » rappelle Zoé, le sourire aux lèvres.

Salon des collectionneurs pour les 25 ans de l’ALCO, salle des fêtes de Gentilly

Samedi de 14h à 18h et dimanche de 9h à 18h

Audrey FISNE

Partager cet article
Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 07:06

foumi1

 

« Collections passion 3 », au château Mme de Graffigny, 26 rue Albert-1er

à Villers-lès-Nancy, jusqu’au 26 mai. Entrée libre de 10 h à 18 h ce week-end.

 

Est Républicain édition du 24 mai 2013.

EXPOSITION - VILLERS-LÈS-NANCY

jean-michel-savart-une-ame-d-explorateur

« Chez moi, il faut un chausse-pied géant. Ca déborde de partout. » Jean-Michel Savart ne s’en cache pas. Il est atteint de collectionnite aiguë depuis l’âge de 5 ans. Des minéraux et des fossiles font office de départ d’une aventure singulière, au regard des 6.000 coquillages et milliers de coléoptères adoptés depuis. Mais le docteur en pharmacie jette vite son dévolu sur les parfums. 35.000 au compteur aujourd’hui, et 100.000 références. Plus qu’une accumulation, il s’agit de se forger une véritable connaissance du produit et de ses modes. « J’archive tout, y compris les publicités. » Il va jusqu’à redessiner des échantillons, 12.000 croquis à son actif. Une passion assez naturelle à ses yeux. « Les pharmaciens sont des chimistes avertis, beaucoup travaillent pour des parfumeurs. Au début, seuls les produits masculins m’attiraient. Mais les parfums féminins se sont révélés plus divers et attrayants. » S’il évoque d’autres compilations, les voitures miniatures de prestige de 1925 à 1945, ou les objets de communion exposés actuellement à la galerie Mme de Graffigny, Jean-Michel Savart a bien conscience de sa dépendance. « Sondez-moi plutôt sur ce que je ne collectionne pas. Je frise le syndrome de Diogène. C’est une névrose, pas dangereuse, excepté pour le porte-monnaie. À mon avis, on doit compenser un manque. Mon psy, à qui j’ai demandé comment soigner mon addiction, m’a répondu : ’’il faut l’alimenter’’. Alors je poursuis ma quête. »

Une âme d’explorateur et de chine bien aiguisée. « Je me rends dans les brocantes presque en commando. Et ce qui est exaltant, c’est de trier le butin en rentrant. La satisfaction est inversement proportionnelle à la mise de fond engagée. » Et si on évoque l’héritage en devenir, Jean-Michel Savart devient un brin fataliste. « Après moi le déluge ! C’est vrai, parfois cette question m’angoisse. »


 

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 06:30

foumi1

22/05/2013 à 05:00

Est Republicain édition du 22 mai 2013

LA MÉMOIRE BRASSICOLE DE BERNARD NOTO

 

« Collections passion 3 », château Mme de Graffigny à Villers-lès-Nancy, jusqu’au 26 mai. Entrée libre.

 

bernard-noto-une-collection-brassee-depuis-plus-de-30-ans

Bernard Noto n’est pas du genre à se faire mousser, ni à brasser du vent. Plutôt gardien du temple. Celui des brasseries de Champigneulles où son épouse Christiane a travaillé pendant 38 ans. « Plutôt que de jeter, nous avons conservé toutes sortes d’objets du site brassicole, d’autres sont issus de brocantes » détaille le président de l’ALCO, l’association lorraine de la collection originale qui expose jusqu’à dimanche au château Mme de Graffigny. Une œuvre de sauvegarde d’un patrimoine industriel régional symbolisée par cet arbre généalogique qui débute en 1897, année de la création par Antoine Trampischt.

Pas moins de 450 pièces

Et pas question de s’en tenir à l’écume des verres sérigraphiés, des chopes ou des bocks, 450 pièces tout de même. La collection de Bernard Noto pourrait faire office de musée sur 150 m². Pas vraiment de la petite bière. Un trésor en forme de politesse rendue à l’histoire et à la mémoire de celles et ceux qui ont façonné l’image de l’entreprise. Gadgets, jeux de cartes, stylos, outils du tonnelier, ou encore le fameux « SIC », la limonade aromatisée, tous livrent leurs souvenirs et leurs émotions. Y compris l’étoile des brasseurs ou le Gambrinus, symbole des amateurs de bière, qui représente la bonne humeur et la joie de vivre. « Une collection sacrée » aux yeux du mentor. « Je ne pourrais pas m’en séparer, c’est affectif. Je poursuis mes recherches quitte à parcourir des centaines de kilomètres. Mais dans des limites financières raisonnables. J’aime l’esprit de la manifestation au château de Graffigny, car rien n’est à vendre. C’est juste le plaisir d’exposer et de rencontrer des passionnés ou des curieux, et des collectionneurs. Telle une bourse de connaissances, un hommage rendu aux précurseurs. Faire partager sa passion et communiquer. » Rien d’étonnant quand on sait que Bernard Noto est aussi à la tête d’une fabuleuse collection sur le thème des PTT.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 05:27

PASSION - AVEC SES 600 PACHYDERMES, PIERRE GROSDEMANGE FIGURE PARMI LES COLLECTIONNEURS À DÉCOUVRIR À VILLERS JUSQU’AU 26 MAI

pierre-grosdemange-ER

 

IL N’EST PAS VRAIMENT sur la défensive quand on lui demande d’où il tient cette passion démesurée. Peut-être de sa mémoire éléphantesque, lorsque Pierre Grosdemange évoque dans le moindre détail cette magnifique sculpture qui servait de porte-montre chez ses grands-parents. « Un objet rare, d’époque napoléonienne, qui représente un éléphant en bronze sur une colonne de marbre. » Le bijou s’affirme alors comme le chef de file d’un troupeau qui ne cesse de s’agrandir, plus de 600 pachydermes aujourd’hui rassemblés. De toute nature : en porcelaine, en chocolat, en forme de théière, sur la poignée d’une canne-épée, en santon, en barbotine de Saint-Clément, en stéatite ou pierre à savon. Avec une tendresse particulière pour la bonbonnière de 1955 ou cette marionnette en bois articulée de Birmanie. Bien sûr, la silhouette royale et complaisante de l’ami Babar veille avec bonhomie sur cet étonnant cornac, et se répand sous forme d’images, de figurines ou de jouets. Mais pas question de tromper son monde, éthique oblige.

Pas d’ivoire

« Je me refuse à l’ivoire. C’est la force et la sensibilité de l’éléphant qui m’intéresse, son pouvoir apaisant, sa contribution à la biodiversité, son histoire. » Pierre Grosdemange est intarissable sur le sujet. Il a même constitué un dossier qui remonte aux peintures rupestres, en passant par les dressages, les batailles d’Alexandre le Grand, jusqu’aux représentations de Warhol, Dali ou Ernst. Il connaît tous les chiffres de la population des éléphants d’Afrique qui s’est effondrée depuis 40 ans. Mais sa passion ne tourne pas à l’obsession. « Je cherche toujours, bien sûr. Parfois c’est un coup de cœur. Au gré de mes rencontres. »

 A découvrir parmi 27 autres dénicheurs de l’improbable, dans le cadre de « Collections Passion 3 », l’exposition proposée par l’ALCO, jusqu’au 26 mai, au château et à la galerie Mme -de-Graffigny, 23 rue Albert 1er à Villers-les-Nancy

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 03:56

L'est Républicain édition du 29 Mai 2013

VILLERS-LÈS-NANCY

LE SALON DE L’INSOLITE

une-edition-qui-regroupe-28-exposants-de-l-alco-v01

 

 

Pour la troisième fois, la galerie et les salons du château Mme de Graffigny accueillent « Collections passion », une exposition organisée par l’ALCO, l’association lorraine de la collection originale.

Cette manifestation unique en son genre est conduite avec le soutien de la ville de Villers-lès-Nancy, dont le vernissage s’est déroulé hier en fin de matinée. Professionnels ou amateurs éclairés, les visiteurs qui se pressent depuis jeudi, sont parfois de simples flâneurs qui pourraient vite attraper le virus au simple regard des 38 collections présentées par les 28 exposants. Une véritable caverne d’Ali Baba ouverte par celles et ceux que l’on appelle stickophiles, cofféaphilistes, philuméniles, odoflacophilistes ou autres signétophiles.

« J’aime l’esprit de cette rencontre où rien n’est à vendre. C’est juste le plaisir d’exposer », souligne le président, Bernard Noto, qui exhibe cette fois son trésor dédié à la brasserie de Champigneulles. « C’est un lieu d’échanges et de rencontres entre des passionnés ou des curieux et des collectionneurs. » Singularité de mise entre la compilation sur les éléphants, les objets de communion garçon, les boîtes d’allumettes murales, les masques des séries TV, jusqu’aux grenouilles et les wakouwas (petits jouets qui s’articulent à l’aide d’un bouton-poussoir). « Nous sommes comme des historiens dans notre spécialité, des conservateurs de la mémoire et du patrimoine » ajoute le président. « C’est aussi et avant tout le plaisir communiquer avec les gens, une bourse de connaissances. Et bien sûr de l’affectif. »

 

« Collections passion 3 », au château et à la galerie Mme de Graffigny, 26 rue Albert 1er à Villers-lès-Nancy, jusqu’au 26 mai. Entrée libre. Du lundi au vendredi de 14 h à 18 h. Le week-end de 10 h à 18 h. Renseignements : 06.70.38.24.92 ou http://alconancy54.over-blog.fr.

 

Partager cet article
Repost0